Nos vacances à Madère

Je n’ai jamais été très grand fan des vacances style « faire la crêpe à la plage sous le soleil des tropiques ». Nous avons vécu à la Réunion, nous vivons dans le sud de la France en ce moment donc oui, on ne manque pas de soleil, mais mon cœur bat toujours plus fort quand je peux voir les nuages sur le ciel, les falaises, le brouillard, entendre les vagues de l’océan… les paysages sauvages et verdoyants. Nous avons cherché une destination pas très touristique et à moins de 5h de vol d’avion. Tout naturellement, le choix s’est porté sur Madère.

Nous voilà avec nos deux princesses dans l’avion qui nous mène enfin vers de nouvelles aventures parce que j’avoue que depuis la naissance de Marina, il y a 6 ans, nous n’avons pas beaucoup voyagé hors la France et ça m’a beaucoup manqué. (Heureusement ce n’est qu’à l’hôtel que nous avons appris que l’aéroport de Madère est un des plus dangereux au monde. J’adore voyager, mais je ne me sens pas très à l’aise dans les avions et cette information aurait pu tout changer. :D Finalement, aucun souci pour nous ni à l’atterrissage ni au décollage: tout bon tout doux.)

Nous avons composé notre programme avec une journée à la découverte de l’île et une journée de repos à la piscine d’hôtel.
En étant photographe, c’est difficile de partir en vacances sans mon matériel…35mm pour paysage et street photograpy, 85mm pour les portraits… ça pèse lourd tout ça. Je me suis donc lancée un petit défi personnel: seulement Nikon F100, 50mm et 4 pélicules  de Portra400 pour une semaine de vacances.

La capitale de Madère, Funchal, est une ville verdoyante, propre et accueillante. Notre hôtel se trouvait à 25min à pied du centre vile donc pas besoin de transports pour partir à la découverte.
Mes plus grands coups de coeur: bolo do caco chez les vendeurs ambulants près du marché, boisson à base de jus de canne à sucre et Jardin Tropical Monte palace. Ce jardin est consideré par certaines personnes comme un des plus beaux  du monde et l’accès par téléphérique lui redonne encore plus de charme. Tellement de choses à découvrir, tellement de petits coins et recoins à explorer. Un vrai bonheur.

lucia-gohaud_madeira-19_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage lucia-gohaud_madeira-116_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariagelucia-gohaud_madeira-76_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage lucia-gohaud_madeira-86_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage lucia-gohaud_madeira-97_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage

Nous avons loué une voiture pour pouvoir partir à notre rythme et surtout à celui de nos enfants. Nous avons suivi les circuits touristiques et nous sommes partis d’abord de côté sud-ouest de l’île. Quand vous n’avez que 7 jours pour traverser ce joyau, vous essayez de voir le max des choses.
Par Camâra de Lobos, ensuite Cabo Girão, la deuxième falaise la plus haute du monde et à travers les plaines vers les piscines naturelles de Porto Moniz sur côté nord-ouest de l’île.

C’est parti!

lucia-gohaud_madeira-101_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage lucia-gohaud_madeira-110_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage

Et c’est en ce moment, devant cette magnifique vue sur la côte nord de Madère, que mon cœur chante et danse.. le paradis!

lucia-gohaud_madeira-5_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage

Un peu de vent mais étant habitués au mistral, même pas peur!

lucia-gohaud_madeira-10_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage

A Madère, il ne faut pas attendre du beau temps pour profiter du paysage sinon vous risquez de ne jamais partir. J’ai tellement voulu monter sur Pico Do Arieiro, le point culminant de Madère, nous sommes arrivés au point de départ des randonnées parce qu’il est très facilement accessible mais malheureusement la pluie et le brouillard ont eu raison de nous et nous étions forcés de continuer notre deuxième tour de l’île vers le nord. C’est moi qui conduisait donc je ne peux pas vous montrer les routes par lesquelles nous sommes passés, mais si vous avez vertige et si vous êtes malades dans les virages, il se peut que Madère n’est pas vraiment une bonne destination pour vous. :D

Tout près du village de Santana, connu par ses chaumières colorées, se trouve un parc thématique que nous avons découvert par hasard (les erreurs de gps ont parfois du bon). Les filles sont parties à la découverte de l’histoire de l’île avec nombreuses attractions, petits musés, terrain de jeux et plein d’autres choses.

lucia-gohaud_madeira-27_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage

La dernière partie de notre voyage à travers Madère était celle que j’attendais avec le plus d’impatience: côté est avec la Pointe St Lorenzo – le paysage lunaire déchiqueté par le vent et l’océan. Une belle balade avec les vues absolument fabuleuses. Les couleurs de roches qui contrastent avec la couleur de la mer. J’ai encore des frissons en pensant à cet endroit extraordinaire.

lucia-gohaud_madeira-32_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariagelucia-gohaud_madeira-36_lucia-gohaud-photographe-var-bebe-mariage

Je vous avoue sans mentir que le retour à la maison a été difficile au niveau morale mais physique aussi (nous sommes partis de Lyon, donc 4h de route pour rentrer chez nous), mais je suis rentrée reposée, apaisé, ressourcée, avec de belles images en tête. Ces vacances nous on fait un bien fou à tous les 4. Nous avons bien fait d’avoir choisi l’hôtel avec piscine intérieur parce qu’au mois d’avril il fait encore frais à Madère même s’il ne fait jamais vraiment froid sur cette île qui profite de l’air chaud venant du Sahara pendant toute l’année.

Nos filles ont eu 5 et 8 ans et même si on peut faire plein d’activités avec elles, vous savez comment sont les enfants, tout est plus compliqué avec eux et il n’est vraiment pas exclu qu’on retourne à cet endroit magique encore une fois quand elle seront plus grandes et pourront faire de belles balades bien longues avec nous! :D

Mon seul regret c’est de ne pas voir les baleines. Nous avons tenté, nous sommes sortis en mer, mais la journée n’était pas propice à l’observation de cétacés. C’est le jeu ma pauvre Lucette. Peut être la prochaine fois on aura plus de chance.